Skip to content

L'impact des nouvelles mobilités urbaines en centre-ville

Mobilité & Innovation   >    Marché, tendances et actus

Les centres-villes des métropoles françaises connaissent actuellement une profonde mutation. La voiture est en effet de moins en moins la bienvenue, avec le développement accéléré des ZFE-m et le déploiement des modes de transport doux. Cyclistes, adeptes des Engins de Déplacement Personnels (EDP) ou de l'autopartage et, bien sûr, utilisateurs de véhicules propres, peuvent quant à eux continuer de circuler. Quels sont les impacts de ces évolutions, notamment pour le monde de l'entreprise, et comment y faire face ? Réponses ici. 

Par Tristan - Publié le 08/02/2022

Lecture : 3 min


Homme roulant sur un vélo, une mobilité douce.

Un changement profond dans nos centres-villes

La volonté des pouvoirs publics d'atteindre la neutralité carbone dès 2050 a une conséquence très concrète sur la mobilité urbaine, particulièrement dans les centres-villes. Les véhicules thermiques, polluants et bruyants, sont ainsi de moins en moins tolérés, au profit de mobilités douces, comme les transports en commun, la marche, le vélo ou les nouveaux engins du type trottinettes électriques. Rares sont les métropoles ou les communes de taille moyenne où ce changement n'est pas en cours ! Deux chiffres résument cette tendance : en 2001, Paris comptait 200 kilomètres de pistes cyclables contre 1 094 en 2021. Et cette approche fonctionne : la fréquentation de ces pistes a bondi de 47 % en moyenne entre 2019 et 2020 et a encore progressé de 22 % entre 2020 et 2021. Dans le même temps, le marché des Engins de Déplacement Personnels (EDP) a le vent en poupe : selon le baromètre de la Fédération des professionnels de la micromobilité, la France compte aujourd'hui plus de 2 millions d'utilisateurs de trottinettes électriques. Le marché des EDP a progressé de 7,1 % en 2020 pour atteindre 291,3 millions d'euros. 

Les ZFE-m en plein boom

En parallèle, le développement des Zones à Faibles Emissions Mobilité, les fameuses ZFE-m dont vous avez sans nul doute entendu parler, s'accélère. Pour rappel, ces zones interdisent l'accès des véhicules les plus polluants, classés via le système des vignettes Crit'Air, du niveau 0 (véhicules 100 % électriques ou hydrogène) à 5. A terme, ces zones ne seront sans doute accessibles qu'aux véhicules classés Crit'Air 0 voire Crit'Air 1. D’ici et jusqu’au 31 décembre 2024, toutes les agglomérations métropolitaines françaises de plus de 150 000 habitants devront comprendre une ZFE (zone à faibles émissions). Si le déploiement de ces zones a été retardé en raison de la crise sanitaire, de nombreuses métropoles en seront dotées dès 2022, comme Aix-Marseille-Provence, Lille, Strasbourg... A Paris, où depuis le 1er juin dernier les véhicules Crit'Air 5, Crit'Air 4 et non classés n'ont plus le droit de circuler une grande partie de la semaine, les règles vont se durcir à l'avenir : les restrictions s'appliqueront en effet aux véhicules Crit'Air 3 au 1er juillet 2022 et aux véhicules Crit'Air 2 au 1er janvier 2024. La ville vise l'objectif de 100 % de véhicules propres d'ici 2030.
Attention : circuler, ou même stationner, avec un véhicule d'une catégorie Crit'Air non autorisée peut être sanctionné par une amende de 68 € pour les voitures et les deux-roues et de 135 € pour les poids-lourds, bus et autocars.

Des impacts multiples

Bien évidemment, le durcissement des règles en centre-ville a de multiples conséquences très concrètes. On l'a vu, cyclistes et utilisateurs d'EDP font de plus en plus partie du paysage urbain. En parallèle, les solutions d'autopartage et de covoiturage sont entrées dans les mœurs. Selon le Ministère de la transition écologique, plus de 11 500 véhicules en libre-service sont aujourd'hui proposés dans 700 communes. Et, toujours selon le Ministère, 900 000 personnes covoiturent chaque jour pour aller travailler. L'objectif du gouvernement étant d'atteindre 3 millions de trajets quotidiens d'ici 2024. Reste que nos centres-villes sont très souvent encombrés et que la multiplication des usagers – piétons, cyclistes, utilisateurs d'EDP, automobilistes... - n'est pas sans risques, les accidents impliquant des trottinettes électriques étant notamment plus fréquents. Pour désengorger durablement les centres-villes, les nouvelles pratiques de mobilité doivent pouvoir fonctionner avec l'offre de transports publics en place, dans une logique d'intermodalité. La bonne nouvelle, c'est que de plus en plus de villes mènent une politique qui favorise cette intermodalité. A Lyon par exemple, de nombreux aménagements urbains ont été initiés ces dernières années, pour endiguer le véhicule thermique au cœur du centre-ville : création de grands parkings en périphérie, à proximité immédiate des principales stations de tramway, mise à disposition de quelque 5 000 vélos en libre-service, développement des trottinettes en location pour le dernier kilomètre, essor de la navette fluviale... Désormais, à Lyon l'intermodalité est bien présente.

La mobilité électrique, une réponse efficace

Pour circuler en centre-ville, il sera bientôt indispensable d'être au volant d'un véhicule propre, électrique ou hydrogène. Alors, autant prendre ce virage dès aujourd'hui ! C'est particulièrement vrai pour les entreprises qui comptent de nombreux collaborateurs en mobilité ou assurent régulièrement des livraisons. En tant que gestionnaire de flotte, vous connaissez ces enjeux et réfléchissez sans doute à vous orienter vers la mobilité électrique.

Pour rappel, les avantages des véhicules électriques et/ou hydrogène sont multiples :
⦁    Economie d'usage, qu'il s'agisse de « faire le plein » ou d'entretien.
⦁    Tarifs en baisse régulière et possibilité de bénéficier d'aides.
⦁    Technologie de mieux en mieux maîtrisée et autonomie moyenne en augmentation.
⦁    Image de modernité pour votre entreprise.
⦁    Agrément de conduite 
⦁    Possibilité pour vos collaborateurs de circuler beaucoup plus facilement, même dans les zones ZFE-m des centres-villes.

 

Mobility Business, votre partenaire privilégié

Acteur majeur de la mobilité électrique, TotalEnergies est à vos côtés quels que soient vos besoins en la matière. Nous pouvons vous proposer différentes solutions pour équiper votre entreprise, vos différents sites et même le domicile de vos collaborateurs dotés d'un véhicule électrique de fonction. Par ailleurs, grâce à notre carte de paiement unique Mobility Corporate, les déplacements de vos équipes sont facilités. Elle leur permet par exemple :
⦁    De régler leurs frais de carburant, de péages ou de parking et grâce à l'aide du charge key, de recharger leur véhicule électrique.
⦁    De payer les dépenses liées à la mobilité : taxis et transports publics, hôtels, restaurants...

Et, pour vous gestionnaires de mobilité, elle vous garantit une gestion plus simple et rapide avec, notamment, la récupération de la TVA ou un outil de suivi très précis.
 

 

 

Avec Mobility, profitez de solutions de mobilité électrique pour les professionnels. En savoir plus.

 

Avec Mobility, profitez de solutions de mobilité électrique pour les professionnels. En savoir plus.

 

accéder aux actus et conseils

 

 


 

Retour

 

Article précédent                                                                                                                                                                                                                      Article suivant

Pour aller plus loin​​​​​​