Skip to content

Les villes intelligentes au service de la mobilité

Mobilité & Innovation   >    Innovations

Concept en plein développement, la ville intelligente – ou smart city – prend à bras le corps la problématique de la mobilité. L'objectif ? Rendre nos déplacements à la fois plus fluides et plus durables, trouver des solutions innovantes pour optimiser nos stationnements, installer les bornes de recharge là où on en a vraiment besoin... On vous explique tout ! 

Par Tristan - Publié le 16/07/2021

Lecture : 3 min


Ville intelligente

 

Qu'appelle-t-on smart city ?

La smart city – ou ville intelligente en bon français – est un concept apparu il y a une dizaine d'années, dans le prolongement de celui de la ville durable. Mais de quoi s'agit-il exactement ? Il désigne un principe de développement urbain qui met à profit les nouvelles technologies et la data pour améliorer notre qualité de vie tout en limitant l'impact environnemental des villes. Ce concept englobe des domaines très divers comme : 

  • Les réseaux intelligents ou 'smart grids', pour optimiser les services liés à la distribution de l'eau, du gaz, de l'électricité, des télécoms... 
  • Les services dématérialisés proposés par les administrations pour faciliter les échanges entre les citoyens et les collectivités. 
  • La surveillance de la qualité de l'air afin de prévenir les risques de pollution. 
  • La gestion des infrastructures publiques : bâtiments, mobilier urbain... 
  • La problématique des transports : optimisation des transports publics, promotion de la mobilité douce, covoiturage, gestion intelligente du stationnement... 

En France, plus d'une trentaine de communes, métropoles et communautés d'agglomération sont engagées dans le développement de services intelligents. 

Transports : les atouts de l'intermodalité

La question du transport – et les manières de le rendre plus fluide et mieux adapté aux besoins – est centrale quand on parle de smart city. Dans ce cadre, les connexions entre les réseaux, le croisement et l'exploitation des données permet de favoriser le transport intermodal. L'idée est de réfléchir à la mobilité dans sa globalité, en tenant compte de l'ensemble des modes de trajet disponibles sur un territoire : transports publics, stationnement automobile, vélos et engins de déplacement personnel électriques, covoiturage et autopartage, véhicules autonomes… et en les associant, entre autre, aux données de préférences comme le confort, le prix, la vitesse, le trafic mais aussi l'empreinte carbone ou même la dépense physique sur un trajet.  

Concrètement, un automobiliste peut aller de chez lui à un parc relais en périphérie de ville, garer son véhicule et poursuivre son trajet via le tramway, puis réaliser le dernier kilomètre au guidon d'une trottinette électrique qu'il aura réservée. 

L'exploitation de données est ici centrale pour l'automobiliste, elle lui aura permis en amont, smartphone en main, de calculer son temps de parcours en fonction des embouteillages, de réserver sa place de parking, de consulter en temps réel l'état des transports et finalement de vérifier la disponibilité d'une trottinette électrique… 

Le smart parking, pour un stationnement optimisé

La voiture restant utilisée par le plus grand nombre, il est indispensable de se pencher sur la question du stationnement si l'on veut mettre en place une mobilité intelligente. Le digital a une nouvelle fois un rôle majeur à jouer. Le saviez-vous ? De plus en plus de zones urbaines, des applications permettent par exemple de savoir en temps réel si des places sont disponibles dans les parkings connectés et équipés de capteurs, et notamment dans les parcs relais placés à proximité des gares. D'autres applications se développent, comme la possibilité de payer le parking via son mobile ou le guidage jusqu'à la place.  Par exemple, avec l’application OPnGO réservez vos places de parking directement sur votre mobile et utilisez également votre carte Fleet pour le paiement de vos stationnements.                                                                                            

Des bornes de recharge mieux implantées

Pour mettre en place des solutions de mobilité répondant efficacement à nos besoins, il faut bien sûr prendre en compte la problématique du véhicule électrique et donc des bornes de recharge. Ces dernières doivent être placées à des endroits stratégiques, proches de notre lieu de travail ou des sites pratiques pour stationner nos véhicules par exemple. Et, là encore, l'exploitation pertinente de la data est à l'œuvre dans les smart cities. Densité de la population, évolution du trafic, profil des utilisateurs, parcs de bornes déjà installés... plusieurs informations sont analysées afin de placer les bornes à l'endroit et en quantité adaptés. 

Spécialiste de la mobilité électrique, TotalEnergies a choisi d'adopter cette démarche et analyse ces différents critères afin d'apporter la réponse la plus pertinente aux collectivités locales dans le choix de l'implantation, le dimensionnement, la puissance des bornes, les tarifs de recharge... 

L'avenir au véhicule autonome ?

Grâce à des investissements massifs et à d'importants progrès techniques, le véhicule semi-autonome voire autonome est en passe de devenir une réalité d'ici quelques années pour les particuliers. Mais, déjà, de nombreuses villes ont choisi de tester des navettes autonomes. Et nul besoin d'aller au bout du monde pour le vérifier, vous êtes sans doute très nombreux à avoir déjà aperçu ces véhicules ! Ainsi, à Saint-Quentin-en-Yvelines, en région parisienne, trois minibus électriques sans chauffeur sillonnent un parcours d'un kilomètre et demi, sous le contrôle toutefois d'un superviseur. Les véhicules concernés ont été conçus par Navya, le leader français des systèmes de conduite autonome. Et les exemples sont légion, en France et bien sûr à l'étranger, la navette autonome permettant notamment d'optimiser les déplacements courts.