Skip to content

Mobilité professionnelle : le futur est au coin de la rue

Mobilité & Innovation   >    Marché, tendances et actus

Avec les changements de réglementation, le progrès technique et la lutte contre le changement climatique, la mobilité professionnelle est en pleine évolution. De nouvelles technologies voient déjà le jour et dessinent le visage de la mobilité de demain. Prêts pour un petit aperçu du futur ? Accrochez vos ceintures. 

 

Par Nicolas - Publié le à 08/04/2021

Lecture : 4 min


Véhicules électriques pour la mobilité professionnelle électrique

Mobilité du futur : propre et électrique

La loi d’orientation des mobilités, promulguée fin 2019, transforme en profondeur la politique des mobilités pour les gestionnaires de flotte. À partir du 1er janvier 2040, les véhicules thermiques ne seront plus commercialisés. Et de nombreuses villes, aux quatre coins de la France, notamment à Paris, instaurent dès aujourd’hui des ZFE (zones à faibles émissions) visant à éviter la circulation des véhicules polluants sur leur territoire.

Résultat ? Les gestionnaires de flotte travaillent dès maintenant à renouveler leur flotte de véhicules d’entreprise en privilégiant des véhicules électriques, hybrides rechargeables ou roulant avec un carburant issu d’énergies comme le GNV (gaz naturel pour véhicules) ou l’hydrogène. Ce sont les véhicules d’aujourd’hui et de demain.

Cette révolution repose sur d’impressionnantes avancées technologiques, notamment pour les véhicules électriques. Les batteries, au lithium et à l’hydrogène, sont chaque jour plus performantes et offrent une autonomie croissante aux véhicules électriques. Certains modèles permettent aujourd’hui de rouler entre 400 et 500 kilomètres sans effectuer de recharge. Un chiffre amené à progresser au rythme des innovations.

Dans le même temps, les pouvoirs publics mais aussi de nombreux acteurs privés s’engagent pour que l’accès à la recharge électrique soit le plus facile possible. Depuis février 2021, plus de 31 000 bornes électriques sont déjà accessibles sur le territoire national et le gouvernement ambitionne de déployer 100 000 bornes d’ici la fin 2021. TotalEnergies, en parallèle, a annoncé que plus de 300 stations seront équipées de bornes à haute puissance (jusqu’à 175 kW) d’ici 2023, tout en proposant des solutions de recharge en entreprise ou au domicile des salariés. 

De nouvelles mobilités douces et durables

Le gestionnaire de flotte est appelé à devenir un gestionnaire de mobilité et à s’intéresser à d’autres modes de transport correspondant aux nouvelles pratiques de mobilité. C’est tout particulièrement le cas dans les zones les plus urbanisées où se développent à vitesse grand V les alternatives comme les vélos, trottinettes et scooters électriques ou encore le free-floating (moyen de transport en libre-service et sans borne d’attache). Autant d’options qui permettent d’adresser les déplacements quotidiens des collaborateurs et que le gestionnaire a tout intérêt à intégrer à son plan de mobilité.

Mobilité du futur : autopartage et covoiturage

De plus en plus de gestionnaires explorent dès à présent les possibilités offertes par l’autopartage et le covoiturage, deux options qui permettent d’optimiser le TCO (Total Cost of Ownership) et de limiter les émissions de CO2. Dans le premier cas, plusieurs collaborateurs partagent le même véhicule en fonction de leurs besoins. Dans le second, ils en font un usage commun, en même temps, plutôt que de faire chacun le même trajet dans un véhicule individuel. À la clé : plus d’échanges entre les collaborateurs, ce qui peut favoriser l’esprit d’équipe, mais aussi et surtout un impact écologique positif lié à la limitation du nombre de trajets.

Mobilité du futur : le pari de l’autonomie

La mobilité du futur sera ultra connectée : les réseaux fixes et mobiles, via la 5G notamment, feront circuler d’énormes quantité de données, quasi instantanément. La collecte et l’analyse de ces données permettra aux véhicules de communiquer entre eux pour réguler le trafic, mais aussi d’éviter les embouteillages, les accidents et les dépassements de vitesse.

Des expérimentations sont d’ores et déjà en cours un peu partout en France, encouragées par les pouvoirs publics, pour tester les potentialités des véhicules autonomes. Ces derniers sont des véhicules électriques et sans chauffeur. À terme, c’est un créneau qui peut intéresser les entreprises, notamment avec les navettes autonomes, qui permettraient de faciliter les déplacements domicile-travail en limitant grandement les émissions de CO2. On peut imaginer que le développement des véhicules autonomes aura un impact important sur les usages, la voiture se transformant en un lieu de vie permettant aux passagers de se reposer ou de travailler sans se soucier de la route.    

 


Pour aller plus loin


 

Retour